Il y a quelques semaines, je vous donnais mon avis sur le le livre de développement personnel de Marianne Power : Help me. Avec d’autres blogueuses, nous avons eu l’opportunité de poser quelques questions à l’autrice & c’est avec une joie non dissimulée qu’elle nous a répondu. Merci à Marianne & aux Éditions Stock (Magali, si tu passes pas là :P) d’avoir rendu cette interview possible. <3 J’espère que ce rendez-vous vous plaira, je vous laisse avec les questions posées à l’autrice (& ses réponses, of course ! :P). Afin que l’article ne soit pas trop long, j’ai choisi de vous proposer 3 questions par “intervieweuse”, je vous invite à aller visiter leurs blogs si vous souhaitez avoir l’intégralité des questions ! 😛

Tasse de café au lit.

On commence l’intervew avec quelques questions de Nancy :

– Dans votre transformation, quel a été l’élément le plus perturbant ? 

Quand j’étais sur mon huitième livre, Les 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent, je me suis effondrée. L’idée était d’imaginer ce que tu voulais que les gens disent à tes funérailles, les choses merveilleuses que tu avais faites durant ta vie. Ensuite, chaque jour de ta vie, tu devais essayer de vivre à la hauteur de cet idéal. C’était difficile. À ce stade, j’avais passé presque une année complète à penser à moi et c’était trop. Plus je pensais à moi-même, plus je me détestais. Plus j’essayais d’être parfaite, moins je me sentais parfaite. La voix critique dans ma tête était encore plus forte que d’habitude. Je ne savais pas ce que je voulais que les gens disent de moi lors de mes funérailles, je ne savais pas ce que je voulais accomplir de ma vie, je ne savais pas ce que je voulais pour le déjeuner ! J’ai ressenti cet exercice comme un échec.

– Comment aborderiez-vous le développement personnel pour les gens sceptiques ?

Je comprends tout à fait les personnes qui sont sceptiques et si le développement personnel ne vous attire pas, il n’est pas nécessaire de le faire. Certaines personnes trouvent d’autres façons de vivre leur vie, elles trouvent un sens grâce à leur famille, a la nature ou à l’art. Ils obtiennent des conseils des autres plutôt que des livres. Je pense que c’est bien.

– À partir de quel âge peut-on s’ouvrir au développement personnel ?

J’aurais aimé lire certains de ces livres quand j’étais adolescente. Des livres qui parlaient du sentiment de ne jamais être assez bien, sur la dépression ou sur l’anxiété. Quand j’ai commencé à lire du développement personnel à l’âge de 20 ans, les livres m’ont fait me sentir moins seule et cela aurait été bien de les avoir  quand j’étais plus jeune.

Plaid au lit.

Place ensuite aux questions de Sophie :

–  Quelle a été votre action la plus difficile à effectuer ?

Faire un stand-up comique et marcher vers un homme dans un café. Les deux étaient terrifiants.

– Est ce que cela vous a vraiment aidé à sortir de la dépression ?

C’est en lisant Le Pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle que j’ai compris pour la première fois que mes pensées autocritiques n’étaient pas réelles, elles ne me disaient pas la vérité. Ils étaient comme des disques que je jouais constamment. La lecture de ce livre m’a permis de rompre temporairement avec ces pensées et m’a empêché de plonger plus profondément dans la dépression dans laquelle je commençais à sombrer. Cependant, je ne peux pas dire que le développement personnel m’a guéri de la dépression. Pas du tout. J’ai eu une grosse période de dépression en écrivant le livre et j’accepte d’être une personne qui monte et descend. Cependant, je le comprends mieux que jadis et je peux maintenant le voir plus clairement lorsque cela se produit.

– Que pensez-vous de cette vogue des livres et métiers de développement personnel et de bien-être ? Est-ce-que pour vous, cela peut signifier que la société est malade ?

Bonne question ! Oui, vous pourriez dire que la société est malade à bien des égards. Nous vivons dans un monde connecté en ligne mais isolé dans la vie réelle, un monde où l’apparence est plus importante que la réalité. Je pense que beaucoup d’entre nous sont seuls et perdus. Nos besoins humains fondamentaux de connexion, de communauté et de repos ne sont pas satisfaits. Nous sommes « allumés » tout le temps, nous avons abandonné les rythmes naturels de la vie. Je pense que c’est l’une des raisons pour lesquelles les livres de développement personnel se portent si bien. Cependant, vous pouvez également affirmer que les humains ont toujours besoin de conseils sur la façon de vivre, c’est la raison pour laquelle la philosophie existe ainsi que la religion. À une certaine époque, nous avions des gens sages dans notre village que nous pouvions contacter ou des parents plus âgés. Maintenant, nous vivons loin de nos familles et nous cherchons donc de l’aide dans les livres.

Se reposer avec un bon thé au lit.

Maintenant, au tour de Lilia de se prêter au jeu des questions :

– Quelle principale leçon retirez-vous de cette expérience ?

Que je vais bien comme je suis, que je n’ai pas besoin d’être parfaite pour être un bon être humain.

– Quel principal conseil donnerez-vous à ses lecteurs ?

Que tu vas bien comme ça ! Oui, c’est génial d’aller dans le monde, d’essayer de nouvelles choses et d’être courageux, mais souvenez-vous que vous n’êtes pas obligé d’être plus que ce que vous êtes en ce moment.

– Pouvez-vous expliquer le titre ? 

« Help me », c’est ce que j’ai ressenti au début – que j’avais besoin d’aide. Au Royaume-Uni également, nous décrivons ces livres comme des “self-help” – c’était donc un jeu sur le mot avec « help ».

Lire au lit, Help Me de Marianne Power.

Au tour d’Emma :

– Cette année consacrée au développement personnel a été difficile mais finalement riche en enseignements et vous vous sentez visiblement plus épanouie après ce challenge. Mais si vous deviez encore améliorer/changer quelque chose en vous, ce serait quoi ? Et est-ce que vous avez décidé de le faire ou vous préférez laisser tomber ?

Bonne question !! Il me reste encore beaucoup de travail à faire pour ouvrir mon cœur à l’amour et pour améliorer ma relation avec l’argent et je prévois de lire davantage de livres sur ces domaines.

– Rétrospectivement si vous ne deviez retenir qu’un seul livre de cette liste, lequel a été le plus important et le plus utile ? Et pourquoi ?

Le Pouvoir du moment présent by Eckhart Tolle est un livre difficile à lire, mais il s’agit du livre le plus important que j’ai lu.Je ne peux pas toujours être à la hauteur de mon idéal d’exister uniquement dans l’instant. Je crois que le seul moyen d’être heureux et en paix, c’est de ne pas m’inquiéter du passé ou de l’avenir, de vivre l’instant. Quand je ne peux pas dormir, j’écoute Tolle dans un livre audio et il m’apaise.

 – Si ce défi était à refaire, le referiez-vous à l’identique ou changeriez-vous quelque chose ou certains titres de livres pour d’autres ?

Je ne changerais rien à ce sujet. J’ai tellement appris et je pense que tout s’est passé comme prévu.

Tasse de café tenue à deux main.

A présent, voici les questions de Marie -Clémence :

– Pensez-vous que le développement personnel est une tendance éphémère ou réellement un nouveau mode de réflexion qui va perdurer ?

Bonne question !! Je pense que cela va continuer, mais que cela va au-delà des livres, mais aussi des cours en ligne, des communautés et des réunions dans la vie réelle. Au Royaume-Uni, il existe une organisation appelée Shelf Help, qui organise des clubs de lecture dans le monde réel, où les gens se rencontrent une fois par mois pour discuter d’un livre de développement personnel et de ses liens avec leur vie. Je pense que ce dont nous avons le plus besoin maintenant, c’est d’être ensemble, d’être honnêtes les uns avec les autres et de s’entraider.

– Le business du développement personnel vise-t-il principalement les femmes ? Si oui, pourquoi selon vous ?

Une autre très bonne question. Je ne sais pas. Il existe de nombreux auteurs tels que Tony Robbins, Tim Ferriss, Mark Manson et Neil Strauss qui écrivent sur la façon de mieux vivre votre vie d’une manière qui semble s’adresser principalement aux hommes. Ils intègrent la forme physique, la productivité, les relations et un peu de spiritualité. Cependant, certains croient que beaucoup de livres de développement personnel sont destinés aux femmes et que si vous allez lire des lectures d’auteurs de développement personnel, c’est surtout les femmes présentes dans la salle. Les femmes sont peut-être plus disposées à vouloir s’améliorer et aussi trop prompt à penser qu’elles ne sont pas assez bonnes et qu’elles doivent en faire plus. Certains soutiennent que le développement personnel ne fait qu’accroître la pression exercée sur les femmes – il ne suffit pas d’avoir du succès ou de bien paraître, il faut maintenant méditer et journaliser!

– Le développement personnel, est-ce que c’est vraiment un besoin pour les gens de se trouver, de se faire confiance, ou encore une énième pression dans la recherche de la perfection et de la réussite ?

De très bonnes questions! Je pense que le plus curieux pour nous tous est de nous trouver et de nous faire confiance, mais je ne m’en suis rendu compte qu’après avoir failli perdre la raison en essayant de trouver la perfection et le succès.

Pour terminer cet article, je vous laisse avec mes propres questions :

– Avez-vous réellement vécu certains évènements présents dans Help me ? (Bain d’eau glacé, marcher sur les braises…) ?

Oui !! J’ai sauté de l’avion, j’ai couru sur des charbons ardents, je me suis mise à la comédie, j’ai nagé dans un étang glacé!

– Quels sont vos 3 livres préférés, en matière de développement personnel ? Pourquoi ?

Le Pouvoir du moment présent de Eckhart Tolle est le livre le plus sage que j’ai lu et je pense que son message est correct : que la seule chose qui soit réelle est ce qui se passe actuellement et que nous passons à côté de la vie lorsque nous la passons dans notre tête, que nous nous inquiétons de l’avenir ou que nous analysons le passé.

Rien à foutre John C Parkin – J’aime ce livre! Son message est libérateur: lâchez-vous, détendez-vous, arrêtez de vous inquiéter autant et faites-vous confiance pour que tout se passe bien.

Daring Greatly de Brene Brown – un livre magnifique sur l’humain et sur la magie qui se produit lorsque nous sommes vulnérables et que nous communiquons honnêtement avec d’autres personnes. Brown dit qu’elle n’aime pas le terme développement personnel parce qu’elle ne pense pas que nous sommes censés le faire nous-mêmes – nous sommes censés nous entraider. Je suis d’accord avec ça.

– Où écrivez-vous ? A quel moment de la journée ? Consacrez-vous beaucoup de temps à l’écriture ?

J’écris à la maison le matin, quand j’écrivais le livre, je me levais très tôt pour écrire. Pour moi, le meilleur moment est de 7h à midi. C’est une erreur pour moi de continuer à écrire dans l’après-midi, mais c’est souvent ce que je faisais parce que je me sentais comme si j’étais en retard et que l’écriture du livre prenait trop de temps. Le plus important c’est d’être régulier ; Ce qui me rappelle que je dois recommencer à écrire maintenant. J’ai laissé de côté l’écriture depuis que j’ai commencé à promouvoir le livre et je suis prête à recommencer.

 

J’espère vraiment que ces quelques minutes en “compagnie” de Marianne Power vous auront intéressées. Je vous invite chaudement à aller découvrir les jolis blogs des filles, ils valent le coup d’oeil. 😉 J’ai vraiment aimé me prêter au jeu des questions & surtout de lire toutes les réponses que Marianne a pris soin de nous faire. Merci encore à Marianne & aux Éditions Stock pour ce joli moment.

Have a nice day !

Crédits photos : Kaboompic