La loi du coeur est le second livre d’Amy Harmon que je lis. J’avais eu un vrai coup de coeur pour Nos Faces Cachées, et j’attendais beaucoup de cette histoire. Ce roman s’est-il montré à la hauteur de mes attentes ?

 

Malgré elle. Malgré lui. Une seule loi : la passion. Il a été retrouvé dans un panier de linge sale au Lavomatic, emmailloté dans une serviette. Au journal de vingt heures, ce nourrisson âgé de quelques heures à peine et déjà à l’article de la mort, abandonné par une mère accro au crack, a été baptisé Bébé Moïse. Les gens adorent les bébés, même les  » bébés crack « . Mais les bébés grandissent, ils deviennent des enfants, puis des adolescents. Et personne ne veut d’un ado amoché par la vie. Moïse était amoché. Mais il était aussi étrange, et tellement beau. Il allait changer ma vie, plus que je n’aurais jamais pu l’imaginer. J’aurais peut-être dû écouter les conseils de ma mère et rester à l’écart. Moïse lui-même m’avait prévenue…

 

«  En tout cas, quand il est arrivé à Levan, Moïse m’a fait l’effet d’une source d’eau fraiche. Comme l’eau, il était froid, profond, imprévisible. Et, comme l’étang du canyon, dangereux : on ne voyait jamais ce qu’il y avait sous la surface. Alors, comme je l’avais fait toute ma vie, et bien qu’on me l’ait interdit, j’ai plongé tête la première. Sauf que, cette fois, je me suis noyée. « 

Quoi de mieux que de commencer cette chronique par une citation ? Une citation qui vous titille et qui vous donne envie d’en savoir plus, de vous plonger littéralement dans la vie de Georgie et Moïse ? Foncez & entrez dans cette jolie histoire et ce bel univers créé encore une fois par Amy Harmon.

Maintenant que vous avez l’eau à la bouche, entrons dans le vif du sujet ! Je dois avouer que j’attendais beaucoup de La loi du coeur. Après avoir eu un véritable coup de cœur pour Nos Faces Cachés, j’espérais secrètement de nouveau craquer pour une histoire de cette auteure. Bien que pour moi, Nos Faces Cachées reste le meilleur, celui-ci ne s’en tire pas mal non plus et j’ai adoré cette lecture.

Dans ce roman nous faisons la connaissance de Georgie, une jeune fille « blanche » de l’Utah. Blonde aux yeux bruns, Georgie a un caractère bien trempé et se passionne pour les chevaux. Avec sa famille, ils possèdent une ferme qui leur sert à pratiquer leur métier: « l’équithérapie » auprès de personnes en difficulté. Georgie rêve de rodéo et vit sa vie pleinement. Comme elle le dit si bien, son coté « bouseux » ne la dérange pas le moins du monde. Nous faisons également la connaissance de Moïse, jeune garçon « noir », abandonné par une mère junkie dans un lavomatic à la naissance. Moïse revient s’installer chez sa grand mère GG et se retrouve rapidement confronté à la jeune et effrontée Georgie. Moïse a un talent, il peint comme personne. Seul bémol, il peint partout. Absolument partout, même là ou il ne devrait pas. Rien ne devrait rapprocher ces deux jeunes gens que tout oppose et pourtant, ils ne peuvent s’empêcher de se tourner autour comme des aimants, jusqu’à finir par se bruler…

Amy Harmon a un style d’écriture que j’apprécie beaucoup, tout est toujours subtil et elle arrive à travers ses mots ou parfois son absence de mots à nous faire ressentir les émotions éprouvées par les personnages. Son écriture est fluide et elle nous offre les points de vue des deux protagonistes principaux, ce qui est pour moi un grand plus et nous permet de vraiment comprendre la relation et son évolution.

Le suspens de ce livre n’est pas son point fort. En effet, on se doute rapidement du déroulement de l’histoire. Cependant, l’auteure réussit quand même à nous tenir en haleine de par l’affection qu’elle nous fait éprouver pour ses personnages. On apprend réellement à les découvrir et pas juste en surface. On s’immerge vraiment dans leurs esprits de par le point de vue de chacun qui est présenté. Cette façon qu’à l’A. Harmon de faire passer des messages sur des thèmes importants me fascine. Ici, on traite du thème du racisme, des préjugés et, quelque part, du harcèlement que subissent certaines personnes tout en restant subtil et en n’employant jamais aucun terme « dur ». Ce roman amène à la réflexion et je dois dire que cela me plait de plus en plus.

En résumé, il s’agit d’une très bonne lecture. Je lirais volontiers les autres livres de cette auteure et espère que vous vous laisserez tenter par cette touchante histoire. Un roman parfait pour l’été, en somme. Il se lit rapidement, n’est pas « prise de tête » mais amène à réfléchir quand même. Un bon moment à passer.

Avez vous lu La loi du coeur ? Et sa suite, Le Chant du coeur ? Qu’en avez vous pensé ?

Have a nice day !

.