Un résumé aguicheur et une jolie couverture, voilà deux arguments qui m’ont poussés à craquer pour le thriller – jeunesse : La Cave. Coup de cœur ou déception ? Je vous dévoile tout dans cette chronique !

Imaginez une maison comme n’importe quelle autre. Dedans, une pièce. Dans cette pièce, une armoire. Derrière cette armoire, une porte. Au-delà de cette porte, des escaliers. Et en bas, une cave. Une cave où sont séquestrées trois filles, Rose, Iris et Violette, soumises à la folie maniaque et meurtrière d’un homme : Trèfle.
Dans une autre maison, dans une ville où il ne se passe jamais rien, Summer mène une vie parfaitement banale. Elle a des parents, un frère, des copines, un petit ami. Mais un soir, sa route croise celle de Trèfle, et Summer ne rentre pas chez elle. Elle se retrouve enfermée dans une cave en compagnie des autres filles et rebaptisée Lilas. Mais contrairement aux autres filles, elle n’est pas prête à accepter son sort jusqu’à faner et dépérir…

La Cave c’est l’histoire de Summer, jeune adolescente insouciante qui croque la vie à pleines dents. Un soir, en se rendant à un concert avec des amies elle fait la rencontre de Trèfle, à son plus grand désarroi. Elle est kidnappée et séquestrée. Summer devient alors Lilas, une des quatre “fleurs” de Trèfle. Apeurée et désorientée, Summer se pose mille et une questions : pourquoi sont-elles si nombreuses à être enfermées ici ? Pourquoi personne ne tente rien ? Summer est bien décidé à ne pas devenir Lilas et à sortir de là au plus vite…

La solitude est pire qu’une maladie mortelle. Chaque jour qui passe, on s’efface un peu plus.

Dès les premières pages, j’ai ressenti le coté addictif du roman. Les chapitres courts et l’alternance de points de vues (Summer, Trèfle, Lewis) font de ce livre un vrai page turner. L’auteure réussie à nous tenir en haleine, malgré quelques incohérences et choix discutables.

En effet, si au début l’auteure prend son temps pour nous détailler l’enlèvement et l’arrivée de Summer dans La Cave, on passe très vite de quelques jours à 5-6 mois. Pourquoi ? Je dois avouer que ce saut dans le temps m’a légèrement désappointé… Je pensais également en apprendre d’avantage sur Trèfle au cours de ma lecture, découvrir ce qui avait pu le pousser à devenir un psychopathe de ce genre et encore une fois j’ai été déçue du résultat. Trèfle est fou furieux, susceptible et mysophobe (qui à peur des saletés & microbes ^^). Ce personnage aurait mérité d’être plus approfondi.

Il a souri en montrant ses dents trop blanches et trop bien alignées. Tout en lui était impeccable : sa peau, ses cheveux, ses vêtements, repassés avec soin, ses maudites dents. L’image du loup déguisé en agneau lui allait comme un gant.

J’ai trouvé que tout allait trop vite, jusqu’à la manière dont l’enquête est résolue. Une sensation de fin bâclée, un peu comme si l’auteure ne savait pas comment terminer son histoire… En plus d’être précipitée la fin est, à mon gout, incohérente. Il s’agit surement d’un choix de la part de l’auteure mais ça n’a pas fonctionné sur moi.

Coté personnages, je n’ai pas réussi à m’identifier ou à m’attacher à eux. Peut être était-ce dû à leur jeune age ou au fait qu’ils n’aient pas été suffisamment approfondis… Même Trèfle n’a pas su susciter en moi la pitié ou la colère. C’est sa mysophobie qui m’a le plus agacée ! ^^

Pour résumé, je dirais que la narration est addictive mais que l’histoire manque de profondeur. J’ai lu ce livre très rapidement mais ma lecture en ressort plus que mitigée, peut être suis-je trop habituée aux thrillers psychologiques plus travaillés… Une note ? Je n’irais pas plus loin que 12/20 malheureusement.

Il s’agissait d’une lecture commune avec Lisa, as @Bookosphereblog (insta). Vous pouvez retrouver sa chronique & son avis sur son blog juste : ici.

.

N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu La Cave et ce que vous en avez pensé. 🙂 Si ce n’est pas le cas, ce livre est-il dans votre PàL ? Dans votre WishList ?

.

Have a nice day !