À l’occasion de la journée mondiale du don de sang qui se déroule demain, l’EFS m’a fait part de la mise en place de l’opération #MissingType. Dans un premier temps, pour m’informer de cet évènement mais également pour me demander si, cette année, je souhaitais participer et devenir ambassadrice de l’évènement. Évidemment, j’ai dit oui ! Je travaille dans le milieu médical et je donne moi-même mon sang, il me parait donc logique de vous parler de ce joli geste qui ne nous coute pas grand-chose et qui peut pourtant sauver des vies. Le but de cette campagne est d’informer et de sensibiliser un large public sur l’importance qu’a le sang et surtout, le don de sang. Reprenons cette intro depuis le départ. Si je retirais les lettres si précieuses que sont A, B et O, cela donnerait :

“_ l_cc_si_n de l_ j_urnée m_ndi_le du d_n du s_ng qui se dér_ule dem_in, l’EFS m’_ f_it p_rt de l_ mise en pl_ce de l’_pér_ti_n #MissingType. D_ns un premier temps, p_ur m’inf_rmer de cet évènement m_is ég_lement p_ur me dem_nder si, cette _nnée, je s_uh_it_is p_rticiper et devenir _m__ss_drice de l’évènement. Évidemment, j’_i dis _ui ! Je tr_v_ille d_ns le milieu médic_l et je d_nne m_i-même m_n s_ng, il me p_r_it d_nc l_gique de v_us p_rler de ce j_li geste qui ne n_us c_ute p_s gr_nd-ch_se et qui peut p_urt_nt s_uver des vies. Le _ut de cette c_mp_gne est d’inf_rmer et de sensi_iliser un l_rge pu_lic sur l’imp_rt_nce qu’_ le s_ng et surt_ut, le d_n de s_ng.”

Chiffres clés du don du sang.

C’est dur à lire hein ? Quasiment un mot sur deux est composé d’une de ces précieuses lettres. Je me suis dit que vous mettre le texte comme ça, sans explications c’était un peu brut de décoffrage et pourtant… C’est fou ce que quelques petites lettres peuvent avoir une si grande importance, même dans notre jolie langue qu’est le français. À travers cet article, je ne souhaite en aucun cas vous juger. Que vous donniez ou non votre sang ne regarde que vous. C’est un choix qui nous est propre et je peux comprendre que l’on ne soit pas prêt, que l’on est peur ou tout simplement que l’on ne puisse pas le faire. J’aimerai juste échanger sur le sujet, partager mon expérience et informer les personnes qui peut-être hésitent à franchir le pas. 🙂

Actuellement, j’ai eu l’occasion de donner mon sang à 2 reprises. Si je pouvais aider quelqu’un en faisant ce “petit” geste qui ne me coutait pas grand chose, si ce n’est un peu de temps alors pourquoi refuser ? La première fois, je ne faisais tout de même pas la maline. Et puis, avec le recul je peux dire que je n’étais pas suffisamment préparée. Le don de sang n’est pas un geste anodin, il nécessite tout de même un peu de préparation avec notamment le fait de bien s’hydrater la veille et le jour du don. Nous nous étions donc rendu, avec mon papa, dans une salle des fêtes mise à contribution pour l’occasion. C’était une première fois pour nous deux et nous avons tout d’abord répondu au questionnaire et eu un entretien avec le médecin de l’équipe. Il y a des critères à respecter pour le don du sang, il faut par exemple peser plus de 50kg, ne pas avoir subi de transfusion ou de don d’organe… Ces critères de “sélection” des donneurs sont là avant tout pour nous protéger en tant que donneurs mais également le receveur. Pour retrouver tous les critères, je vous invite à consulter le site : https://dondesang.efs.sante.fr/

Les donneurs de sang sont des supers-héros à leur manière !

Lors de ce premier don, que j’avais fait par une très chaude journée d’été, tout s’était bien passé. Je n’ai pas eu mal lors du don, tout s’est passé très vite et j’ai rapidement eu droit à ma petite collation après. Le seul bémol ? Je ne me suis malheureusement pas assez hydratée la veille et le jour J, puisque ce n’était pas prévu et je ne me suis pas sentie très bien durant la nuit (encore une fois il faisait tellemeeeent chaud que ça n’a pas aidé). J’ai énormément bu afin de faire passer cette sensation d’étourdissement et finalement, j’ai réussi à me sentir mieux. Il est TRÈS important de vous hydrater correctement et plus que d’habitude, les jours de dons. Ne voulant pas rester sur cet “échec”, qui n’en était pas vraiment un, j’ai réitéré l’expérience quelques mois plus tard. Cette fois j’étais préparée et donc suffisamment hydratée depuis la veille du don. Le petit camion du don du sang est passé à mon travail de l’époque et j’ai sauté sur l’occasion. Cette seconde fois, tout s’est très bien passé. Depuis, j’ai eu des petits soucis de santé (opération du dos, mononucléose…), j’ai donc mis de coté le don de sang durant ma période de “convalescence” mais je me sens désormais suffisamment en forme pour de nouveau faire ce beau geste qui peut, j’en suis sûre, sauver des vies. Il me semble qu’un homme peut donner plus qu’une femme, à cause des menstruations. Une femme peut donner jusqu’à 4 fois son sang par an. Chacun a son rythme de don et ce choix reste encore une fois personnel. Lorsque j’ai commencé à donner, j’ai misé sur un don par an en me disant que c’était déjà mieux que ce que je faisais avant. Maintenant que je peux de nouveau donner en toute sécurité, je vais essayer de reprendre ce rythme et qui sait, peut être l’augmenter si je m’en sens capable. Ne soyez pas trop dur avec vous-même si vous ne vous sentez pas encore prêts ou si vous avez encore quelques craintes. N’hésitez pas à aller vous renseigner auprès des équipes lorsqu’un camion de don passe dans votre ville ou qu’un évènement est organisé, à voir comment ça se passe et à demander des conseils.

 

Avez-vous déjà réalisé un don de sang ? Comptez-vous franchir le cap ?

 

A+, O+, B+,

Crédit images : EFS.