Après avoir été déçue par ma première lecture issue de la collection New Way de chez Hugo Roman, j’ai voulu leur donner une seconde chance. J’ai  choisi de lire une histoire écrite par des autrices dont j’avais déjà apprécié d’autres romans, j’ai nommé : Christina Lauren. J’avais envie de lire quelque chose de différent de mes lectures habituelles & je me suis dit qu’Autoboyographie serait parfait pour ça. Un livre qui traite du thème de l’homosexualité à travers le combat d’un jeune couple face au monde qui l’entoure. A-t-il été à la hauteur de mes attentes ?

Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Californie pour le plus traditionnel État de l’Utah, le jeune homme se rend à l’évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu’un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible). C’est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige – et accessoirement mormon – qui a remporté le Séminaire haut la main l’année passée. Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui…

Des personnages touchants…

Il y a quelques années, j’avais dévoré Moi, Simon. Littéralement. C’est pourquoi, je pense j’en attendais beaucoup de la part d’Autoboyographie. Coté personnages, je dois avouer que je n’ai pas été déçue ! J’ai beaucoup aimé découvrir l’histoire de Tannre, oups Tanner. 😛 Ce garçon qui assume entièrement sa bisexualité mais qui doit la cacher aux yeux du monde car il est cerné de personnes peu ouvertes d’esprits. Tanner est un jeune homme bien entouré ! Il a une famille qui est juste adorable et bienveillante. Une famille qui le soutient quoi qu’il arrive et qui accepte tout de sa personnalité. J’ai eu plus de difficultés avec le personnage de Sebastian (D’ailleurs, je n’ai pas pu m’empêcher de repenser au film She is the Man avec ce nom de personnages… :P) en revanche, mormon qui n’assume pas du tout son homosexualité et qui vous ferait presque culpabiliser d’assumer être vous même. Coté personnages secondaires, j’ai adoré Autumn. Des le départ, cette jeune fille ferait tout pour Tanner, pour qui, on le voit clairement, elle éprouve plus que de l’amitié. Elle sait passer outre son “bien être” personnel & fait tout ce qui est en son pouvoir pour rendre son meilleur ami heureux & j’ai vraiment apprécié leur relation.

Une religion bien trop présente…

Malheureusement le point négatif d’Autoboyographie est, selon moi, l’omniprésence de la religion ! Je n’aime pas spécialement lire de livre sur le sujet et je ne m’attendais pas à ce que dans celui-ci, on nous parle de religion mormone en long, en large et en travers. Certes, j’ai appris à découvrir une religion que je ne connaissais pas mais très honnêtement ça m’a vite refroidie. L’impression constante que les personnages se heurtaient à des murs & des gens étroits d’esprits ont eu raison de moi. A croire que les histoires de fesses des autres concernent tout le monde… Bref. Triste réalité, mais quand même ! Je pense très clairement que c’est ce qui m’a empêché de profiter pleinement de l’histoire en elle même & de l’adorer autant que toute la communauté de lecteurs qui l’a déjà lu. Ou alors, le fait de voir ce livre partout à fait que j’en attendais trop… ^^

Une fin surprenante…

Dès le départ, j’avais un scénario tout tracé pour la fin de cette histoire. Et là, attention spoiler pour ceux qui n’auraient pas lu le livre. Attention, je vous aurais prévenus ! 😛 … Je m’attendais tellement à ce que S. parte & que T. publie son livre (en écho à celui de S.) dans lequel il lui dévoile qu’il l’attendra blabla & que S. lui réponde à travers son second livre dont on nous parle tant (et puis vu qu’ils n’auraient pas eu le droit de se parler, c’était le bon plan…). Mais non. La fin a été plus terre à terre que ça & j’ai été un peu déçu. Elle est bien écrite et n’est pas bâclée, malheureusement j’ai eu le sentiment que toute cette histoire manquait de rebondissements, pour la lectrice aguerrie que je suis.

Lilas et Autoboyographie.

MON AVIS, EN BREF ?

Des personnages touchants et intéressants pour une histoire riche en amour et compréhension. Une religion omniprésente qui peut gâcher le plaisir de certains lecteurs & qui saura en toucher d’autres. Un petit manque de rebondissements mais une histoire prenante et intrigante tout de même. Un livre qui vous promet une belle ouverture d’esprit.

 

Avez-vous lu Autoboyographie ? Comptez-vous le lire ?

Have a nice day !

Merci aux éditions HugoRoman pour l’envoi de ce livre <3